« Snowbirds » en hiver

Le ralentissement économique n’échappe à personne, mais n’empêche nullement l’opportunité d’acquérir un domicile secondaire aux U.S.A. ou dans un autre Etat. Conformément à la National Association of Realtors, les Canadiens ont constitué la majorité des nouveaux propriétaires immobiliers arrivant aux Etats-Unis en 2010. Ce fait n’est pas surprenant si nous tenons compte de la proximité frontalière et de la forte valeur du dollar canadien.


Régulièrement, des sociétés immobilières organisent, notamment en
 Floride ou en Californie, des séminaires d’information spécialement consacrés à les « snowbirds » intéressés à s'échapper pour les mois d'hiver. Nous conseillons à tous les amateurs souhaitant bénéficier de ces opportunités proposées à des prix avantageux dans de nombreuses parties du monde, d’effectuer des recherches avant de sauter sur l’occasion offerte par le marché. S’il est vrai que la Floride, Hong Kong, ou même un petit village au bord d’un lac au Canada peuvent paraître séduisants, il faut cependant commencer par se renseigner sur tous les facteurs susceptibles d’affecter votre titre de propriété.

 

Lois et réglementations locales


De nombreux Etats limitent la durée de votre séjour et/ou imposent la demande d’un visa. Si vous êtes propriétaire d’une résidence sécondaire aux Etats-Unis, la réglementation en vigueur au niveau d’une domiciliation au titre de « Substantial Presence » est susceptible de s’appliquer et vous risquez d’être assujetti au droit fiscal américain IRS sur les biens immobiliers. Cette réglementation peut également s’appliquer en cas de cession de votre bien immobilier. Votre conseiller immobilier professionnel local vous informera en fonction de vos désidératas.


Fiscalité

La fiscalité applicable dépend du lieu d’acquisition de votre résidence secondaire et il faut tenir compte des taxes applicables. Avertissement : la Floride ou la Californie, par exemple, exigent des « taxes de non-résidents » en cas d’acquisition d’un bien immobilier.

De même, vous pourriez envisager de proposer votre résidence secondaire en location afin d’obtenir un revenu locatif. Dans ce cas, il faut tenir compte des impôts locaux et de votre obligation de déclaration dans votre
déclaration de revenus personnelle canadian. Ce procédé est déterminant pour la déduction de toutes dépenses afférentes et sert de rapport permettant de prouver votre lien de propriété avec la résidence sous-louée. Votre conseiller fiscal sur place vous fait bénéficier de ses connaissances concernant le régime applicable au niveau des résidences secondaires dans la région.

 

Options de financement


Il existe de nombreuses options de financement offertes aux amateurs en quête d’acquisition de résidences secondaires, mais souvent l’hypothèque n’est pas proposée pour les acquisitions à l’extérieur du Canada. En effet, les prêteurs au Canada sont généralement récalcitrants pour offrir des crédits hypothécaires servant à l’acquisition de biens immobiliers à l’extérieur du Canada. Or, nombreux sont les Canadiens ayant trouvé un moyen de financement grâce à un prêt immobilier en hypothéquant leur domicile tout ensachant que cette option n’est pas toujours disponible. En effet, les USA autorisent notamment les hypothèques des non-résidents. Il suffit de vous adresser au courtier hypothécaire ou au prêteur.



Un domicile secondaire peut s’avérer être un excellent investissement tout en servant de parfaite excuse pour s’échapper du train-train quotidien. Restez informé afin d’optimiser vos décisions au sujet de la résidence secondaire de votre choix à l’endroit et au moment souhaités.

Les experts hypothécaires CENTUM vous accompagnent afin d’assurer l’optimisation de votre recherché d’une résidence secondaire parfaite. Contactez simplement l’agence à proximité pour commencer.

Pin It