L'avenir s'annonce difficile pour les travailleurs autonomes en quête de crédit

Des études récentes ont démontré que le travail autonome est un phénomène en hausse puisqu'il représente maintenant environ 15 % de la main-d'œuvre au Canada. Cependant, la tendance fait en sorte qu'il est de plus en plus difficile pour les travailleurs autonomes et les autres clients du même type d'obtenir un prêt hypothécaire.

Plusieurs prêteurs importants ont éliminé en douce leurs programmes de revenus où la vérification n'est pas nécessaire ou resserrent leurs processus d'évaluation de crédit pour les travailleurs autonomes. Cette tendance est jumelée à la crainte grandissante entourant l'endettement des ménages et à l'annonce récente de la SCHL que l'organisme avait atteint le plafond des 600 milliards de dollars pour l'assurance hypothèque établi par le gouvernement fédéral.

À l'origine, les programmes de revenus où la vérification n'est pas nécessaire avaient été mis sur pied pour traiter les situations uniques des travailleurs autonomes résidents ayant des montants élevés de déductions de dépenses. Étant donné que les travailleurs autonomes ont la possibilité de déduire de nombreuses dépenses comme le remboursement d'un prêt-auto ou les frais de logement, leurs revenus déclarés ne reflètent pas vraiment leur situation financière. Les résidents permanents comptant plus de trois ans en affaires et un bon historique de crédit au Canada étaient admissibles au programme de revenus où la vérification n'est pas nécessaire. En vertu de ce programme, les prêteurs demandaient aux emprunteurs de déclarer leurs revenus plutôt que de présenter les formulaires traditionnels de preuve de revenus, comme un relevé de paye ou une déclaration de revenus.

En étant incapable de vérifier les revenus déclarés par les travailleurs autonomes, la crainte que ces clients s'engagent trop financièrement augmente. Les craintes que notre marché immobilier éclate comme cela s'est produit aux États-Unis ont incité les banques à imposer des conditions plus strictes pour les prêts hypothécaires.

Les règles en matière de prêt hypothécaire relativement aux revenus où la vérification n'est pas nécessaire ont déjà été resserrées en 2010. Les travailleurs autonomes qui obtenaient un prêt hypothécaire en vertu de ce programme devaient verser une mise de fonds de 10 % au lieu du minimum de 5 % pour une hypothèque conventionnelle. Le refinancement d'un prêt hypothécaire en vertu du programme était limité à un ratio prêt/valeur de 85 %. Le ratio prêt/valeur représente le montant du prêt hypothécaire en comparaison avec la valeur de la propriété.

Les travailleurs autonomes devraient s'attendre à un processus d'évaluation de prêt hypothécaire plus complet et se préparer à présenter une preuve documentée de leurs revenus.

Si vous êtes travailleur autonome et songez à acheter une maison, nous vous invitons à venir rencontrer un spécialiste en prêts hypothécaires qui vous aidera à trouver le prêt hypothécaire qui vous convient.

Pin It